Sensei

Aïkido Washinkai


ueshiba_morihei

Ueshiba Morihei

O-Sensei (1883-1969) est le fondateur de l'Aïkido. Une vie vouée à l'étude des Koryu (arts martiaux anciens), l'expérience de la guerre en Mandchourie et une révélation spirituelle a inspiré et guidé Morihei Ueshiba vers la création de l'Aïkido qu'il définit comme l'art martial de la paix.


tanaka_pict1

Tanaka Bansen

Maître Tanaka Bansen (1912-1988) a été élève de Ueshiba Morihei dès 1936. À la demande de celui-ci, il fonde en 1951 à Osaka un Dojo qui deviendra plus tard l’Osaka Aïkikai Hombu Dojo. Proche d'O-Sensei, il consacra sa vie à la pratique et à l'enseignement de l'Aïkido.


nomura_pict1

Nomura Kazuo

Maître Nomura Kazuo (7 Dan) a débuté l’Aïkido en 1969. Il a suivi l’enseignement de Maître Tanaka Bansen pendant 19 ans, jusqu'à son décès en 1988. Maitre Nomura a consacré sa vie à la pratique et à l'enseignement de l'Aïkido. Il a été le chef instructeur de l’Osaka Aïkikai de 1989 à 2005. La branche Washinkai qu'il a fondé est officiellement et techniquement reconnue par le Hombu Dojo à Tokyo.


alex_pict1

Alexandre Malet (instructeur)

Alexandre Malet (5 Dan) a vécu au Japon de 1995 à 2012. Il a pratiqué l'Aïkido avec Maître Nomura pendant 18 ans. Maître Nomura a officiellement investi Alexandre pour qu'il représente l'école Washinkai en Europe, reconnaissant ainsi ses qualités morales et techniques.





- Qu’est-ce que l’Aïkido?
- Comment se pratique l’Aïkido?
- Comment progresse-t-on?
- Utilise-t-on des armes?
- Y a-t-il de la compétition?
- Y a-t-il des frappes de pieds?


Qu’est-ce que l’Aïkido?

L’Aïkido est un «Budo» (bu «martial» et do «voie; chemin»). Le Budo désigne un ensemble de pratiques non seulement martiales, mais aussi philosophiques et spirituelles. L'Aïkido est une forme de Budo moderne dans lequel se retrouvent plusieurs références aux arts martiaux traditionnels.

L’Aïkido a été fondé au début du XXe siècle par Ueshiba Morihei. Il puise sa source dans une variété d'anciennes techniques de combats (ou arts martiaux traditionnels) et principalement dans les techniques de corps à corps (Taijutsu, Ju-jutsu) comprenant des projections et des immobilisations, de sabre (Ken-jutsu) et de lance (So-jutsu). Il inclut également une certaine forme de méditation basée sur le contrôle de la respiration (Ki), la maîtrise de l’espace et des équilibres ainsi que sur l'utilisation des forces naturelles. L’Aïkido se pratique uniquement dans une perspective défensive et non-violente contre des attaques à mains nues, au sabre (Ken) ou au bâton (Jo). L'Aïkido permet d’entretenir non seulement son corps, mais aussi son esprit.

Comment se pratique l’Aïkido?

L’Aïkido se pratique à mains nues (en tout cas au début). Il existe un grand nombre de techniques «Waza» qui peuvent s'effectuer soit à la suite d'une frappe soit d'une saisie. L'absence de catégorisation en «Kata» (forme) permet une multitude de combinaisons. On estime à plus de 3000 le nombre de variations. Toutefois, avant de pouvoir effectuer ces techniques de manière naturelle et évoluer vers des mouvements de plus en plus complexes, il est nécessaire de commencer par apprendre un certain nombre de techniques et de principes qui constituent la base de tous les mouvements d'Aïkido.

Les principales techniques de contrôle (Katame waza):

- Ikkyo (udeosae) (contrôle du bras)
- Nikyo (kotemawashi) (torsion au niveau du poignet - retournement)
- Sankyo (kotehineri) (torsion au niveau du poignet - torsion)
- Yonkyo (tekubiosae) (contrôle du poignet)
- Gokyo (udenobashi) (étirement du bras)


Les principales techniques de projection (Nage waza):

- Irimi nage (ushiro ukemi) (Irimi nage - sur chute arrière)
- Shihou nage (ushiro ukemi) (Shihou nage - sur chute arrière)
- Ten Chi nage (ushiro ukemi) (Ten Chi nage - sur chute arrière)
- Kote gaeshi (ushiro ukemi) (Kote gaeshi - sur chute arrière)
- Kaiten nage (mae ukemi) (Kaiten nage - sur chute avant)


Autres techniques courantes un peu plus complexes:

- Kokyu nage (projection par extension de la respiration)
- Juji garami (projection sur croisement des bras)
- Udekime nage (projection sur contôle du coude)
- Koshi nage (projection sur action des hanches)
- Ushiro kiri otoshi (projection arrière - "coupe" vers le bas)
- Hiji kimeosae (contrôle sur pression du coude)


Les déplacements (Sabaki):

- Ashi sabaki (déplacements des pieds)
- Tai sabaki (déplacements du corp)
- Shikko (déplacements à genoux)


Quelques principes fondamentaux:

- Kokyu ho (Kokyu ryoku) (force de la respiration)
- Tai no tenkan (changement d'orientation du corp)


Les frappes:

- Shomen uchi (frappe de face du tranchant de la main)
- Yokomen uchi (frappe de côté du tranchant de la main)
- Tsuki (frappe du poing)


Les principales saisies:

- Katate dori (saisie du bras sur gyaku hanmi)
- Kosa dori (saisie du bras sur ai hanmi)
- Morote dori (Saisie du bras à deux mains)
- Ryote dori (saisie des deux bras)
- Ushiro ryote dori (saisie des deux bras par derrière)
- Kata dori (saisie de l'épaule)
- Ushiro ryokata dori (saisie des deux épaules par derrière)
- Muna dori (saisie au niveau de la poitrine)

Comment progresse-t-on?

L'évolution des pratiquants est suivie par deux systèmes de niveaux : les «Kyu» et les «Dan».

Les «Kyu»

La période d’apprentissage des bases est représentée par les «Kyu» et dure généralement jusqu’à l’obtention du premier «Dan» (Shodan). Ceci ne devrait pas prendre plus de 2 ou 3 ans si l'on s'entraine régulièrement.

Les «Dan»

Avec le premier «Dan» vient la ceinture noire, celle-ci ne veut pas dire que le pratiquant à acquis la maîtrise de l’Aïkido. Au contraire. Comme son nom l’indique, «Shodan» n’est que le premier échelon sur une échelle de 8 (10 à l'origine) et ne constitue rien moins que le point de départ. Le passage d'un «Dan» s'obtient au bout d'un certain nombre d'heures de pratique (généralement entre 2 et 4 ans selon la fréquence des entraînements).

Contrairement à une idée largement répandue, les passages de «Dan» n'ont pas pour fonction d'évaluer un niveau de connaissance, car cela est subjectif et personnel.

Notre Dojo fait partie de la branche Washinkai. Il est à ce titre habilité à décerner des grades (kyu) reconnus par le Honbu Dojo à Tokyo. Les passages de Dan se font sous la direction de Maître Nomura lors de ses visites à Genève.

Utilise-t-on des armes?

Oui et non. L’Aïkido se pratique à mains nues, mais l’assaillant peut être armé d’un bâton (Jo), d’un sabre (Ken) ou d’un couteau (Tanto), il est donc utile de savoir aussi manier ces armes. Ceux qui pratiquent l’Aïkido depuis longtemps pratiquent généralement également le Jo et le Ken. Leur apprentissage est souvent complémentaire à celui de l’Aïkido, mais néanmoins parallèle. Ceux qui maîtrisent ces techniques pourront les inclurent dans leur pratique de l’Aïkido, mais il est préférable de ne pas brûler les étapes et de n’inclure les armes qu’après avoir acquis des bases solides et, principalement, une bonne aisance dans les déplacements (Sabaki). L’idéal est de n’inclure les armes dans la pratique de l’Aïkido qu’à partir du 3ème ou 4ème Dan. En intégrant les armes trop tôt dans l’apprentissage de l’Aïkido, on prend le risque de gêner la fondation et la consolidation des bases. Il est faux de penser que la pratique des armes permet de mieux progresser; il vaut mieux d'abord acquérir de bonnes bases pour pouvoir ensuite pratiquer l’Aïkido avec des armes dans de meilleures conditions. Encore une fois, tout est question de patience. Les armes ne doivent pas être utilisées pour comprendre l'aïkido, mais seulement pour améliorer sa capacité à bouger librement et avec précision.

Y a-t-il de la compétition?

Non. Il n’y a pas de combats ni de compétition dans la pratique de l’Aïkido. Le principe des mouvements d'Aïkido est d'annuler la capacité de l'opposant à porter un coup. De fait, il n'y a pas de combat possible; l'assaillant est vaincu au moment ou il commence son attaque. L’entraînement nécessite une bonne collaboration entre l’attaquant (Uke) et l’attaqué (Tori). Le travail d’Uke est fondamental pour permettre à Tori de progresser. Une bonne attaque, franche et solide, permettra à Tori d’effectuer un meilleur mouvement. Pour une bonne progression, il faut que l'entraînement soit sans complaisance. Uke doit rester vigilant et porter toute son attention sur Tori. Les frappes ne doivent pas être hésitantes et les saisies doivent être puissantes et dirigées vers l'avant. Il ne s’agit pas de chercher à empêcher Tori d'effectuer son mouvement, ni à se «mesurer» l’un à l’autre, mais vraiment de travailler ensemble pour progresser ensemble.

Y a-t-il des frappes de pieds?

Non. En tout cas pas au niveau de l’enseignement. De manière générale, il n’y a pas de techniques utilisant les pieds (frappes) dans les arts martiaux issus du Bushido. La raison étant que la classe des Samouraïs se battait en armures, plutôt encombrantes pour donner des coups de pied, et possédait des armes - nobles - permettant de garder une certaine distance avec leurs adversaires. De plus, le Hakama ne permet pas de donner des coups de pieds efficaces. Au Japon, les techniques utilisant les pieds ont été généralement développées par les classes paysannes à qui l'on interdisait la possession d’armes (par exemple le Karate).


Aikido Washinkai